monblogamoi

13 janvier 2012

Le ministre

Publié par cyrilcouet dans Du blablabla

En 2007, l’homme qui allait devenir notre Président s’est adressé à la France d’en bas, celle qui se lève tôt. J’aimerais aujourd’hui que nous ayons une pensée particulière pour la France d’en haut (celle qui se lève tard ?), j’aimerais que nous sortions nos mouchoirs pour nos ministres. Non, ce n’est pas une plaisanterie, je pense qu’il n’y a rien de pire que le boulot de ministre. Mon oncle qui était tourneur-fraiseur, quel chanceux. Mes parents, instituteurs, quelle bande de privilégiés. Moi-même qui n’arrive pas à définir mon job, quel veinard, mais ministre, quelle horreur !

Tout d’abord, j’aimerais corriger la parenthèse du premier paragraphe, les ministres ne font pas partie de la France qui se lève tard. J’écoute Inter tous les matins et souvent Patrick Cohen reçoit un ministre (j’aimais bien aussi quand c’était Demorrand mais je l’aime bien aussi à Libé). Preuve donc qu’ils se lèvent tôt. Ils se lèvent même si tôt, qu’ils ont le droit de passer à la radio. Ils ont le droit et le devoir de s’exprimer, de communiquer sur leurs actions, sur leurs décisions. Même si je rêvais de m’exprimer chez Patrick Cohen et j’avoue, j’en rêve quand je me rase le matin, jamais il ne m’invitera. Pourtant j’en ai des choses à dire. D’ailleurs je les écris. J’aimerais par exemple assister au passage d’antenne entre Patrick et Pascale. OK, pour ceux qui écoutent RTL, Europe ou RMC, vous êtes largués, je ne vois qu’une solution, vous brancher sur Inter. Quel publicitaire je fais pourtant je ne suis pas un défenseur d’Inter surtout depuis que cette radio a mis dehors Didier Porte et Stéphane Guillon. A propose de Guillon, avec l’affaire DSK, ne devrait-il pas être réintégré ?  Mais ce n’est pas le sujet, je reviens à nos moutons, pardon à nos ministres.

Etre ministre, ce sont d’abord des conditions de travail abusives : Il n’existe pas de syndicat (même chez les ministres de gauche), ni de préavis. Du jour au lendemain, paf, lourdé, le ministre perd alors les honneurs et les privilèges. La dégringolade est rapide, les nerfs tendus, le téléphone ne sonne plus, Outlook ne bipe plus… La déchéance. Dans certains cas, le ministre est même suivi par des paparazzis qui veulent filmer ou shooter la mort de l’animal. Pourtant l’horreur de la fonction avait commencé avant cette déchéance…

Etre ministre, c’est en effet  être le patron de son cabinet ministériel : Vous êtes le boss d’une trentaine de personnes. En tant que boss, vous devez fixer des objectifs, faire passer des entretiens de formation, des entretiens annuels, écouter les doléances de votre équipe qui voudrait une plus grosse augmentation ou un bonus plus adéquat que l’équipe d’à côté. Vous êtes le chef de service qu’on emmerde toute la journée, vous qui aviez signé pour sauver la France. Dans une entreprise privée, cette fonction est un job à plein temps, mais pour le ministre, ce n’est qu’une goutte d’eau… Je crois que j’aurais pu accepter si la fonction s’arrêtait là, mais le pire est à venir…

Votre vrai travail est d’écouter des groupes de pression qui vous expliquent combien l’emploi ou la situation économique se dégradera si vous ne prenez pas telle ou telle décision. Et quand vous la prenez, paf, 1 million de mecs dans la rue. Je crois que les citoyens ne comprennent pas que vous, le ministre, vous travaillez uniquement pour le bien de la France. Quatre jours par semaine de 6h à minuit, vous ne pensez qu’au bien de la France. Oui, minuit, parce qu’en plus d’être de la France qui se lève tard, le ministre fait aussi partie de celle qui se couche tard. Quelle ingratitude, ces français, ils ne pensent qu’à la voiture de fonction, aux cocktails et autres vernissages d’expos à la mode, à la garden party de l’Elysée, aux places VIP des concerts ou match en tout genre, aux motards qui vous ouvrent la route, à vos collègues tunisiens qui vous invitent dans un yacht ou un jet… Mais le ministre est d’abord un homme, souvent père de famille… Quand vient le week-end, pas de vélo avec les enfants. D’ailleurs pour le ministre l’enfant est excellent pour la photo et pour le cadre sur le bureau. Le reste c’est de la perte de temps. Le week-end donc, le ministre redevient député ou maire. Il va sur le marché, au concours de belotte, à la soirée des vieux, au feu d’artifice, à la réunion de quartier, au gala de danse, au tournoi de tennis, à la remise de médaille, à l’enterrement, au pot des anciens combattants, au critérium, au feu de la Saint Jean, à la fête de l’école, au bal des pompiers… Les samedis de printemps et d’été, point de barbecue pour le ministre… Il marrie !

Puis, quelques fois dans le mois, il faut se montrer au siège du parti sinon un jeune loup est parachuté sur la circonscription et paf plus de job. Et là encore, il faut se vendre, expliquer et re-expliquer que les mesures prises le sont uniquement pour le bien pour la France et nullement pour un intérêt privé. J’ai donc été obligé de dire non. Sauver la France m’attirait, mais j’aime trop emmener mes enfants à l’école, aller à la piscine, faire du tennis ou du vélo avec eux… J’aime quand les copains débarquent à la maison pour un barbecue géant, j’aime me foutre de la gueule des portes drapeaux lors de cérémonies officielles, j’aime rire des vieux qui n’ont jamais été jeunes et des jeunes déjà si vieux. Le politiquement correct m’emmerde, et j’ai trouvé ça trop classe d’envoyer chier le premier ministre. Et puis de savoir que j’aurais pu m’assoir là ou Christine Boutin, Nadine Morano, David Douillet, Christian Estrosi ou Fédéric Lefebvre (tiens, Sophia Aram déclarait la semaine dernière qu’elle pourrait avoir le tiercé dans l’ordre (*), moi, j’ai le quinté) se sont probablement assis, j’ai décidé de rester là où je suis.

(*) Je vous conseille l’écoute de Sophia Aram face à Nadine la semaine dernière sur Inter…

 

Laisser un commentaire

AFRICACTU! |
portailisabelle |
UNIVERSITE GRATUITE PUBLIQU... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Alger. Famille victime d'un...
| cle23
| GOUVERNEMENT : Arrêtons de ...