monblogamoi

19 mai 2011

I have a dream

Publié par cyrilcouet dans Du blablabla

Tout d’abord, soyons franc, je suis hyper déçu de ne pas avoir encore entendu mon maître à penser
Claude Allègre s’exprimer sur l’affaire du siècle. Remarquons encore, qu’étant en 2011, ce n’est pas très difficile d’être l’affaire du siècle. Mais là, on a quand politique, sexe, fric et rock and roll (pour ce dernier point pas encore, mais ça ne saurait tarder…). Le prochain qui voudra faire parler de lui, que devra-t-il faire ? J’ai bien quelques idées mais j’ai peur que si je les écris, mon image d’homme raisonnable tombe, que mon masque tombe aussi, et que vous, lecteurs assidus (rêvons, ça ne mange pas de pain) ne découvriez ma vraie nature de pervers… Mais comme d’habitude, ce n’est pas le sujet du jour…

Je me suis mis à rêver d’être important, d’être reconnu (ben ouaip, sinon, pourquoi j’écrirais ce blog) voire influant auprès des puissants. J’aurais le numéro de portable du patron du FMI, de sa femme qui adore mon humour, du maire de Paris qui me décrit comme charmant, du président (le vrai, celui de l’Elysée) qui me juge intelligent (remarquez, ce n’était pas difficile) de son épouse qui me déclare craquant (elle doit avoir  perdu mon numéro, elle appelle rarement) du tout Paris qui me pense incontournable. Je n’ai plus besoin de jouer au loto pour changer de baraque, je suis lu et reconnu et on me paye grassement pour écrire ces quelques lignes. Ah, il est loin le temps de la géophysique, le temps du pointé de vitesse. C’était une vie sympathique, mais soyons franc, je m’éclate vraiment plus à écrire et à essayer d’être influent.

Etant donc l’incontournable des dîners parisiens (que je boycotte, car j’ai décidé qu’il valait mieux briller par mon absence que par mes conneries), on m’a demandé mon point de vue sur l’affaire Strauss-Kahn. Après la présomption d’innocence dont j’ai déjà fait part il y a deux jours, il m’a fallu réfléchir à
la question. A vrai dire, il m’a surtout fallu réfléchir à
la réponse. La réalité, c’est qu’on se fout éperdument des points de vue des uns et des autres. Alors pourquoi donnent-ils leur avis ? Pourquoi dois-je répondre à cette question ? La réponse réside dans ma fonction sociale. Etre « leader d’opinions » impose de donner son avis sur tout et n’importe quoi. Alors comment répondre aux questions dignes des meilleurs bistrots français ? Avec une voix d’ivrogne : « Alors t’en penses quoi toi de l’affaire DSK ? ».

Voici ma réponse. En tant qu’homme influent, que m’apportera un soutient sans faille à DSK ? S’il est prouvé qu’il est innocent, je serais une sorte de « vrai ami » et je peux espérer être dans son cercle de proches dès qu’il reviendra en France. S’il est coupable, les féministes me tomberont dessus, l’opposition certainement aussi, mais les affaires de mœurs gênant notre société, on oubliera bien vite mon opinion. Par contre, si je déclare le geste de DSK comme inacceptable et que le tribunal me suit, l’affaire est close, DSK aussi. Mais si DSK est innocenté, je suis celui qui a enterré un peu vite un homme plus influent que moi sur la scène internationale. N’étant pas suicidaire, je le dis haut et fort, Dominique est innocent.  

Finalement, je ne suis pas si mal dans la géophysique.

Laisser un commentaire

AFRICACTU! |
portailisabelle |
UNIVERSITE GRATUITE PUBLIQU... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Alger. Famille victime d'un...
| cle23
| GOUVERNEMENT : Arrêtons de ...